Table des matières


Préface


Une collection des timbres postes se trouve le plus souvent serrer dans belles livres dans des armoiries obscure ou dans des caves blindées des banques, et seulement quelques heureux peuvent la voir .
L'intention de cette site est de faire publique une petite partie de l'histoire Belge des timbres, pour qu'autant de gens possible peuvent jouir de notre manie de la collection et de faire des remarques pour enrichir notre connaissance.
C'est pourqoui nous allons faire des updates régulierement quand nous acquérions des nouvaux pièces ou d'information. C'est pourquoi ce site sera jamais finissés, comme une collection n'est jamais finie.
Nous espérons que vous vous amuse en liser ce site, autant que nous avaient en le composer.


Contact


Né en 1959 je collectionne déjà des timbres postes depuis mon sept anniversaire. Les dernières années je m'occupe spécialement du série de Mérode, dans tous ses aspects. Mon deuxième passe-temps est l'histoire et j'ai essayé d'offrir beaucoup de détails historique. Damen Guido E-mail (guidodamen59@skynet.be) & André Luyckx.

L'histoire d'origine


Quand en avril 1912 les premiers timbres postes avec la représentation du nouveau roi Albert 1 seront vendu, c'était un petit désastre. Tout le monde se plaint du mauvaise qualité et le mauvais portrait du roi. C'était le timbre nr 11 de 10 c qui apparait le premier, et en partir de septembre le timbre nr 123 de 5 c avec un portrait adapté, mais ceci n'était pas une amélioration. La série complète de ''Pellens'' existe de 12 timbres postes dont 9 avec le portrait du roi.
On commençait immédiatement avec la préparation d'une nouvelle série de timbres postes, dont aussi 9 avec le portrait du roi. Ce seront les valeurs le plus usés, à partir de 1 à 40 centimes. L'autres timbres du série seront plus grands, dans le genre du type ''Vloors''.
-La plus haute valeur, le 5 fr, serait commémorer à la dynastie, avec le portrait du roi Albert, en médaillon, et flanqué par la portraite du roi Léopold 1 et 2.
-Pour le 2 fr on voudrait commémorer une grande événement economique; La reprise du congo; Un officier fait reculer un négrier Arabique pour le drapeau Belge, pendant qu'un esclave brise ses chains et une négresse montre son enfant libéré.
-Le 1 fr devrait évoquer l'ouverture de l'Escaut. Sur le premier plan on voi le port d'Anvers, pendant à l'horizon se passe un navire avec l'inscription bilingue: '' l'Escaut libéré ''.
-Le timbre du 50 c devrait commémorer notre indépendance nationale. Un volontaire de 1830, dressé dans un blouson, tombe blessé en donnant le drapeau tricolore à un autre combattant. C'était une évocation de la mort du cont Fréderic de Mérode, blessé mortellement à Berchem en 1830.
Pendant qu'on était en train de mettre en point cette série, la guerre d'august 1914 interrompait ce travail. La croix rouge de Belgique fut mobilisé et se prépare de faire son devoir, comme l'armée.Pour aller à la rencontre de ses besoins financielles, le gouvernement décide la fabrication urgente d'un série de timbres postes avec surtaxe pour soutenir le croix rouge.
Un arrêt ministérielle de 30/9/1914 permettait la fabrication de timbres postes d'un type qui était en préparation et on faisait produir une série de trois timbres par un imprimeur privé en Anvers, car l'atelier du timbre à Malines n'était pas disponible.
Parceque le sujet du timbre de 50 c c'était de commémorer le patriotisme du nation, c'était un timbre très apte pour le but voulu, donc on considérait de faire une série de trois timbres avec surtaxe. Voici l'origine de l'émission du série croix rouge, dite de Mérode.


BIOGRAPHIE MAC DONALD

  Aprés W. Van Riet
  A partir de 1879, dans l'atelier du timbre à Malines, on était en train d'etudier le taille-douce système, entre autre du firma maroni Paris, brevette ''Guy''. C'était le monsieur Mac Donald de Brussel, autorisé par mr Bernard-Paris, qui reçu le consentement de placer une machine pour taille-douce du type dujardin pour une période de six mois.
Pour essayer ce machine, monsieur MacDonald faisait des dessins de timbres postes et un pour faire des clichés.Ces clichés seront également faites par monsieur MacDonald dans l'atélier du timbre à Malines. Le presse Dujardin devrait fonctioner le 10/6/1914. Des ralentissements dans la livraison de quelques parts du machine donnent des retards en faire des épreuves avec le système de taille-douce. Ce projet était terminer le 4/8/1914.
Monsieur Mac Donald, habitant le Boulevard Botanique 40 à Brussel, était industriel et représentant pour le taille-douce usine Dujardin à Paris.Le 28/5/1913 il fait une allusion d'un livrance d'un même presse à le gouvernement Russe et un à Rome pour le ''habimento Poligraphico Italiana''. Après des mois de négotiations le contract suivant était signer le 28/3/1914 avec le ministre des postes.

    -Article 1:
Mr Mac Donald s'engage de fournir un presse pour taille-douce à l'administration des postes, pour une période d'essaie de six mois, pour imprimer des timbres postes.

    -Article 2:
La presse sera accompagnée par un machine de transfer et d'autre equipment pour fabriquer des planches d'imprimerie.L'administration des postes fournit trois moteurs d'électrique pour faire fonctioner le presse.

    -Article 3:
En atendant les épreuves faites par le presse, Monsieur Mac Donald sera faire des dessins pour faire des timbres et aussi une gravure de base pour faire les clichés de la planche.Ces clichés seront fabriquées dans l'atelier du timbre à Malines par monsieur Mac Donald.

    -Article 4:
Tous les appareils livrés, mentionnés aux articles 1 et 2, seront expédiés port payé à l'atelier du timbre. Les frais sont remboursés un mois après la production des formulaires, factures, etc.

    -Article 5:
Ayant des diffucultés en concernant l'installation du presse, mr Mac Donald affirme le 15/7/1914 que le mettre à l'épreuve du presse était ajourné au fin de septembre 1914 (lettre de service 631). Le cliché typografique pour le timbre de 1,2 et 5 c qui doit être livrer par Mac Donald n'était pas encôre prêt. La réproduction du portrait du roi, engravé en bois, était placé dans le cadre en cuire par Mac Donald. En faisant ça, l'image était légèrement endommagé, par conséquence la ressemblance n'était pas si bon.On devrait recommençer.

Dans ces circomstances l'issue prévue de 1/10/1914 sera différer par un même période à partir de 30/06/1914( note de service nr 684 du 21/7/1914) Le 31/7/1914 neufs épreuves dans des différents couleurs, extrait de l'impression typografique, ont été données au directeur générale, pour choisir les couleurs pour les trois nouvelles timbres de 1,2 et 5 c. L'issue pourait être le 20/10/1914. 4/8/1914 la première guerre mondiale commence. Les travailles étaient terminer et ce sont les clichés avec le portrait du roi qui sont disponible.Les clichés sont usés pour faire la série croix rouge, petit Albert, faite par J.Verschueren à Anvers, après la fabrication d'une planche a base par le méthode fotographique; seulement les indications de la valeur doivent être changer avec le croix rouge à la gauche.
La deuxième projet de Mac Donald , la statue de Mérode, était disponible comme dessin. On l'a mis dans le cadre à la même façon que le série petit Albert. En bas se trouve à gauche et à droite un écussin avec lion héraldique, qui sont replacer par la croix rouge et le cifre du valeur.

Dans cette partie nous essayons de donner une vue générale des projets de Mac Donald
avec quelques remarques.
À cause des circonstances de guerre Mac Donald a du exécuter son travaille sur des places différentes, mais il est toujours resté fidèle a son projet original.
Le classement ci-dessous est basé sur ces différentes terrains de travaille
et les timbres y producés..

1) L'ATELIER DU TIMBRES À MALINES.
À partir de Mars 1914 jusqu`a Aout 1914 Mac Donald était employé à Malines avec une mission double:
  a) comme représentant du firma Maroni-Paris il devrait lancer une nouvelle press.
b) comme artiste il devrait mettre au point une nouvelle série de timbres postes avec l'effigie du roi et quelques autres projets.
De cela deux timbres étaient presque prêts, qui devraient être produit en TAILLE-DOUCE.
  a) Effigie du roi Albert 1
    Stess nr B 122 est le développement le plus élaboré de ce thème avec
    - effigie du roi orienté à gauche
- encadrement avec carrés pour les valeurs à la surface inférieure
  b) Statue de Mérode
    Stess B 216-223 était la version définitive comme elle était produit en Maligne.
    - Valeurs en cartouches au-dessus et au-dessous.
- Le statue est orienté à gauche.
- Le Q est presque fermé.

2) PRODUCTION À ANVERS.
Après l'occupation de Maligne la nécessité de produire des timbres avec surtaxe pour La Croix Rouge était nécessaire. À cette fin on adopte les projets de Mac Donald qui étaient déjà très développés.
  a) Effigie du roi Albert 1
Dans le catalogue Stess on se trouve des épreuves où on a painté la croix rouge par la main dans les deux cartouches originales où devraient se trouver les chiffres de valeurs. Apparément deux possibilités existent:
    - croix rouges paintées dans les deux cartouches.
- croix rouge painteé dans le cartouche à droite.
  Cettes adaptions étaient faites sur les timbres producées en Malines.
Les épreuves suivantes étaient faites par lithografie, probablement chez Verschueren à Anvers

3)ACTIVITÉS À ANGLETERRE
  A) Waterlow Bros & Layton ltd 02/01/1915 LITHOGRAFIE
Après la chute d'Anvers Mac Donald allait à Angleterre où chez Waterlow Bros & Layton Ltd une nouvelle série, basée sur les projets originales de Malines, sera producée.
    Type 1:
cadre du timbre de Mérode avec le Q fermé, ça veut dire le type trois du timbre de Mérode
effigie du roi Albert 1
    Type 2:
cadre du type 2 du timbre de Mérode avec le Q ouvert
effigie du roi Albert 1 plus grand
 
B) Waterlow and sons 15/10/115 TYPOGRAPHIE
Les timbres de 1 c jusqu'à 25 c de cette série avec l'effigie du roi Albert 1 etaient producées à base des projets de Mac Donald de 1914 avec les différences suivante:
 
type 1914:
type 1915:
effigie orienté à droite sur un fond arcé.


le timbre est plus haut.

les deux volutes dans les coins en haut ne touches pas le cadre.

au-dessous les volutes en haut se trouve une série de quatres perles.
effigie orienté à gauche sur un fond avec des lignes horizontales.

la partie en haut est plus courte.

les deux volutes dans les coins en haut touchent le cadre.

les quatres perles sont disparues.

BIOGRAPHIE DE MÉRODE AVEC DESCRIPTION DU STATUE


de Mérode, Louis, Fréderic, Ghislain (né Maastricht 9/06/1792- mort Maligne 4/11/1830) était fils d'un famille noble du évêché de Liége. Il se marie en 1811 avec la fille du comte François Ducluzel et s'habitait en France.
Après la rentrée de Napoleon de île d'Elbe, il s'engage comme volontaire dans l'armee du maison Royal de France.Quand la révolution Belge commence en 1830, il retournait à Belgique. Il s'engage comme volontaire et commandant de l'armée Belge qui combattait l'armée d'Hollande en octobre 1830.Il était blessé par un bal dans la jambe droite durant les combats chez le Posthof à Berchem-Anvers le 14/10/1830. Le lendemain deux chirurgins ont amputés la jambe blessée. A cause de cet blessure le comte de Mérode décide à Malines.
En 1905, pendant la fête pour le 75-annuaire de l'indépendence de Belgique, le municipal de Berchem fait construire une statue pour le comte de Mérode.C'est un travail de l'artiste Josué Dupon, qui a fait plusieurs statues d'animaux dans le zoo d'Anvers. Le statue représente le comte, blessé, au moment qu' il est soutenu par deux volontaires Belges. Sur les côtés du socle on vois des épisodes du bataille, et devant le socle le lion Belgique s'est couché. Aussi se trouve ici un enseigne avec les mots "Belgique libre".

Caractéristiques techniques des timbres


REMARQUES GÉNÉRALES
  type: statue de Mérode
projet:Mac Donald
lithografie: J.Verschueren Anvers
Dentelure: 14 ou non-dentelé

LITHOGRAPHIE

Le lithographie ''écrire sur pierre'' est développé et usé par la première fois par Alouis Senefelder dans l'année 1798.
C'est une procédé d'imprimerie plane, ca veut dire que les parties de l'image qui sont imprimer et celles qui ne sont pas imprimer se trouve sur la même surface de la pierre.Ce procédé donne une très grande précision d'imprimage, et c'est le précurseur de l'offset.
La pierre usée est une calcaire semi-perméable, qui apprend facilement l'eau et qu'on trouve en Italie,Autriche. Les pierres bleu-gris sont les plus durs et le mieux apte pour faire des lignes fines. Les pierres doivent être égale à deux côtés, assez épaises (six à dix cm), et les côtés doivent toujours être quatre cm en plus que le dessin qui doit être imprimé. Une nouvelle pierre ou une pierre déja usée peut être polie pour la préparée aux travaille par exemple par frotter deux pierres l'un à l'autre, ou le polir avec un lime. Pour l'usage de l'encre lithografique la pierre doit être très glissant.Appliquer l'image se passe comme si: le principe est basé sur le fait que l'eau et la graisse se repousse.Une partie graisse d'une surface n'absorbe pas l'eau, et une partie humide n'absorbe pas la graisse.Les parties de la pierre qui donne l'image sont graisseux. Le gras peut être appliqué avec l'encre, de la craie, papier autographique.Après le dessinage de la pierre,on pouvait faire immédiatement des imprintes, mais quand on fait ça, le dessin est très vite abîmé. C'est pourquoi la pierre doit être préparée. Ainsi les parties gras du pierre reste très claires et répellent l'eau aussi mieux. D'autres parts les parties non-graisseux absorbent mieux l'eau. En première le dessin est prôtégé par appliquer de la poude de résine.En deuxième la pierre est préparée pour que la pierre absorbe mieux de la graisse. Celui-ci on fait avec du gomme Arabique, acide nitrique et de l'eau. Ainsi on fabrique une couche insoluble sur la pierre, grâce à laquelle la pierre est protectée contre tous les substances graisse, donc les parts qui ne doivent pas donner l'imprimerie, restent sans encre. En troisième le dessin est fortifié en séchant le gomme Arabique et puis par laver l'encre avec du pétrole ou terpentin.A cause de cette manipulation le dessin peut disparaître ou se montrer seulement comme une forme brune éteinte. La graisse du dessin a complètement disparu dans la pierre. Après encrer la pierre, le dessin reparaît.

IMPRIMATION EN PLUSIEURS COULEURS

On emploie la même nombre de pierres ainsi que le nombre des couleurs, avec des pierres qui ont la même mesure.Une aiguille forte et assez longue (six cm) est appliquer avec une pièce de bois .Hors de l'image sur la pierre, on monte des croix d'orientation, qui servent d'aligner les couleurs pendant l'imprimerie.
Le méthode est le suivant: avant d'imprimer la couleur suivant, on fait un petit trous (avec l'aiguille) dans la pierre où se trouve le croix d'orientation. La seconde pierre est encrée avec la couleur voulu. Puis on prend l'épreuve dans la première couleur (qui doit être bien sèche) et on fait un trous dans les croix d'orientation. Puis on perce les aiguuilles par les croix au derrière des feuilles imprimés et on place les aiguilles dans les trous du seconde pierre avec la nouvelle couleur, et on l'imprime.

AUTOGRAPHIE

On peut transférer l'image d'un imprimé sur une pierre afin de l'imprimer comme lithografie. En principe on peut user tous les formes de'imprimerie de lesquels on peut fabriquer un réfleque avec de l'encre graisse sur papier autografique.
Le papier autographique est préparé à une côté tellement quel n'apprend pas de graisse donc l'image qui y est appliqué ne peut pas être absorbé par le papier.
Si un petit image doit être répliquer plusieurs fois sur une pierre lithografique, par exemple des timbres postes, on peut répéter ce petit image plusieurs fois afin d'accélérer la fabrication en faisant un grand tirage.
Le méthode de mettre un image en taille-douce sur la pierre est le suivant: on imprime la gravure plusieurs fois, puis on coupe les images et les colles côte à côte. Puis on fait un copie avec le papier autografique de tous les images ensemble.

L'IMPRESSION MACHINALE

L'entrainement fait fonctioner la table en marbre avec la pierre dans le milieu, et en front la table d'encre et en dernier la table avec l'eau. Sur la même niveau se trouvent la réservoir de l'encre, la machine pour encrer, les rouleaux avec l'encre, le réservoir d'eau et les rouleaux pour l'eau. La pierre est mis sur la même niveau que la table d'encre et la table d'eau avec des vis.
Puis la pierre est encrée et après humectée, le papier est tiré au dessus de la pierre par un cilindre avec des protubérances,et le papier est imprimé.

LE TIRAGE.

Quand la machine fonctione bien, on peut imprimer entre 300 et 500 feuilles à l'heure, environ 1 chaque 7 secondes.

TIRAGE

On ne sait pas combien de timbres ont été fabriquer, les renseignements à ce sujet sont disparu pendant le guerre.C'est pourqoi nous donnent quelques chiffres avec leur source.
Tirage prévue:
5c:
600.000
 
10c:
600.000
 
20c:
75.000
 
Catalogue officiel de Belgique.Donnait hière les chiffres suivants; probablement il s'agit ici des nombres vendues à Anvers. Maintenant il mentionne les même tirages que les chiffres donnés par La Croix Rouge.
5c:
23.214
   
10c:
14.650
 
20c:
8.663
 
Estimation de Soubert:
5c:
24.000
 
10c:
30.000
 
20c:
12.000
 
Croix Rouge; probablement ce sont les nombres produites, pas les nombres vendus:
5c:
150.000
   
10c:
150.000
 
20c:
50.000
 
Notre collection:
5c:
1305
 
10c:
2065
 
20c:
536
 

DENTELURE:

La dentelure à peigne est le plus usée et est faite par un machine en forme d'un peigne avec un côté longue et plusieurs côtés courtes, qui sont implantés rectangulaire sur le côté longue. Les feuilles qui doivent être dentelées sont fixées dans la machine en usant les croix dans les marges comme points de controles.
Trois côtés du timbre sont perforés en une fois, par exemple au- dessus et au -dessous du timbre et les deux cotés, ou un côté plus au-dessus et au-dessous. Le coupe suivant du peigne perfore les trois côtés des timbres du série suivante plus le côté non-dentelé du série de timbres précédent. En faire ça les coins sont perfect. Parfois il y a un marge entre deux coups du peigne, et ça peut donner un''dent épais'' qui indique la direction de frappe du machine à peigner.Quand on regarde un feuille complet, on vois toujours les dentelures des peignes courtes dans le marge du feuille.

PAPIER :

Le papier doit être apte au procédé d'imprimerie, le lithografie. Ce papier doit être particulier doux, la colle ne peut pas être trop forte, mais assez forte pour prévenir le déchirer des petits particles du papier pendant l'imprimer.
Important est aussi la rigidité du papier, l'expansion et la contraction doit être minimale sous pression.
Le papier fabriqué à la main est le meilleur.Quand il est humecté, il va s'expander égal dans tous les directions.

INSCRIPTIONS ET SIGNES DANS LA MARGE

DEPOT-CACHET
Dépot 1914 encadré. Cette cachet était usé comme preuve que la feuille était approuvée et stockée en dépôt. Ce cachet ne se trouve pas toujours sur la même place, et peut prévenir le droit dans le coin à droit en haut, le droit dan le coin au bas,retourné dans le coin gauche et retourné dans le coin droit au bas.

LES CROIX D'ORIÉNTATION

Ceci sont des petits croix qui ont été placés dans les marges des feuilles et font le suivre comme points d'oriéntation pour la perforation.
Feuilles de 5c:
   couleur: vert
   
Feuilles de 10c:
   couleur: rouge
 
Feuilles de 20c:
   couleur: violet
 
Chez le 10 et le 20 c le paneau gauche a des croix dans le marge du feuille à gauche, au-dessus et au-dessous; Le paneau au milieu a des croix dans le marge au-dessus et au-dessous; Le paneau droit a des croix au-dessus , au-dessous et dans le marge droit.
Le 5 c a seulement des croix au-dessus et au-dessous chez tous les trois panneaux.

LES 'TRAITS'

Ceci sont des petits points ronds, positionnés dans le marge des feuilles, qui ont été perforés entièrement ou seulement touchés, placés au verso vers l'image, causés par un cilindre avec protubérances qui tire le papîer dans la machine d'imprimer.


FEUILLE entière

Ici nous faisons un tentative de reconstruire les dimensions du feuille complet en usand un article par Soebert.

d'Abord quelques remarques ; Il est possible qu'il y a des déviations dans le largeur du feuille pour trois raisons :
1) Avant l'imprimerie le papier est découpé d'un feuille (rouleau ?) plus grand, procedure qui peut donner des déviations.
2) Durant l'importation du papier dans le machine à imprimer une déviation peut se produire.
3) Les feuilles imprimées sont placées l'une sur l'autre et coupées ensemble, procedure qui peut donner des déviations car les feuilles en bas peuvent être déplacer.

Dans "Le revue du collectionneur-spécialiste" page 206-207 nous trouvons l'image ci-dessous:



Il s'agit ici d'un feuille appelé " restant d'imprimerir", un feuille déjà imprimé avec les timbres "petit Albert" qu'on a usé un seconde fois chez le mise en train de la presse.
Apparément cette machine avait besoin de quelques passages avant de produire des timbres parfait, pour lesquelles ont usait des feuilles déjà imprimés (et rejetées ?) afin d'économiser du papier.
Il s'agit ici d'une partie du panneau deux et du panneau trois du timbre 5 c de Mérode, avec un interpanneau de 3,6 cm.
Nous donnons maintenant quelques mesures, faites sur les feuilles complets dans notre possession.

-5 c panneau 1
Marge à gauche: 14 mm trois fois, 13 mm deux fois.
Marge à droite: 14 mm trois fois, 13 mm deux fois.
Largeut total du feuille: 16,2 cm cinq fois, avec un largeur des timbres de 13,4 cm chaque fois.
-5 c panneau 2
Marge à gauche: 14 mm cinq fois, 13 mm une fois, 11 mm une fois.
Marge à droite: 14 mm quatre fois, 13 mm trois fois, 11 mm une fois.
Largeur total du feuille: 16,2 cm sept fois, 16,6 cm une fois avec un largeur des timbres de 13,4 cm chaque fois.
-5 c panneau 3
Marge à gauche: 12 mm une fois, 13 mm deux fois, 14 mm cinq fois, 15 mm une fois.
Marge à droite: 13 mm sept fois, 14 mm une fois, 15 mm une fois, 19 mm une fois, 21 mm une fois.
Largeur total du feuille:16,1 cm trois fois, 16,2 cm six fois, 16,6 cm deux fois, avec un largeur des timbres de 13,4 cm chaque fois.

Pour calculer le largeur total du feuille nous partons d'une largeur maximale du marge gauche du panneau 1 de 1,4 cm, une largeur des timbres de trois fois 13,4 cm, une interpanneau de deux fois 3,6 cm et un largeur maximale du marge droite du panneau trois de 2,1 cm, on arrive au calcule suivant : 1,4+13,4+3,6+13,4+3,6+13,4+2,1=50,90 cm.

Ci-dessous se trouvent les mesures et le même calcule pour le timbre de 10 c.
Remarquables sont les différences entre les feuilles, apparément les panneaux différents Ne sont pas coupés égale.
-10 c panneau 1
Marge à gauche : 13 mm deux fois, 16 mm cinq fois, 17 mm une fois.
Marge à droite : 12 mm une fois, 13 mm cinq fois, 14 mm une fois, 15 mm une fois.
Largeur totale : 15,9 cm une fois, 16,3 cm cinq fois, 16,4 cm une fois, 16,5 cm une fois.
Largeur totale des timbres chaque fois 13,4 cm.
-10 c panneau 2
Marge à gauche : 14 mm quatre fois, 15 mm sept fois.
Marge à droite : 11 mm trois fois, 14 mm sept fois, 16 mm une fois.
Largeur totale : 16,3 cm dix fois, 16,4 mm une fois.
Largeur totale des timbres chaque fois 13,4 cm.
-10 c panneau 3
Marge à gauche : 14 mm une fois, 15 mm une fois, 16 mm une fois.
Marge à droite : 13 mm six fois, 14 mm une fois, 15 mm une fois.
Largeur totale du feuille : 16,3 cm sept fois, 16,4 cm une fois.
Largeur totale des timbres 13,4 cm.

Pour calculer le largeur totale du feuille nous partons d'une largeur maximale du marge à gauche du panneau un de 1,7 mm, une largeur des timbres de trois fois 13,4 cm, un interpanneau de deux fois 3,6 cm et un largeur maximale du marge à droite du panneau trois de 1,5 cm,
On arrive au calcule suivant : 1,7+13,4+3,6+13,4+3,6+13,4+1,5=50,60 cm.

Pour être complet, nous donnons les mesures des panneaux complet du 20 c en notre possession :
-20 c panneau 2
Marge à gauche 15 mm.
Marge à droite 15 mm.
Largeur totale du feuille : 16,4 mm
Largeur totale des timbres 13,4 cm.
-20 c panneau 3 :
Marge à gauche : 15 mm.
Marge à droite : 15 mm.
Largeur totale du feuille : 16,4 cm.
Largeur totale des timbres : 13,4 cm.

Nous optenons le résultat suivant : Le marge à gauche du panneau un 1,5 cm, deux fois l'interpanneau de 3,6 cm, trois fois le largeur des timbres de 13,4 cm, le marge à droite du panneau trois de 1,5 cm : 1,5+13,4+3,6+13,4+3,6+13,4+1,5= 50,40 cm.

Ci-dessous nous montrons une autre partie du ' reste d'imprimerie ' avec un placement Différent du Mérode 20 c par rapport le 5 c Albert.
Apparemment les timbres étaient produit en différentes fois,d'abord seulement une partie de timbres de Mérode et Petits Albert, pour faire une provision suffisante pour le premier jour d' émission de 3/10/1914.
Une autre partie est imprimée plus tard pour accomplir le tirage prévu, car l'imprimerie était encore en train quand le bombardement d'Anvers commence le 7/10/1914.



Épreuves
(Catalogus Stes uitgave 2001)


Dessins du projet


AFBEELDING 1

Nr 1 dans le coin droite au-dessous.
Dimensions du papier : 20,5 cm--22,5 cm.
               du dessin : 10,4 cm--13,7 cm.
Crayon graisse ou charbon de bois sur papier à dessiner.
Le dessin est construit sur divers lignes triangulaire.Modèle pièta.
4 Figures sont visibles:
   - le porte-drapeau.
   - soldat avec un fusil qui regarde vers d'autres soldats ( couchés et dans le coin droite au-dessous.
   - le comte de Mérode.
   - un figurine pas très claire qui soutient de Mérode.

Point remarquable est le contrast de la lumière dans ce dessin. Le comte est plus claire.
Nous pouvons dire qu'il s'agit ici d'un étude de composition et de contrast.

AFBEELDING 2

Nr 2 dans le coin droite au-dessous.
Dimensions du papier : 20,1 cm--24,6 cm.
               du dessin : 10,3 cm--13,5 cm.
Dessin avec crayon ou charbon de bois sur papier à dessiner.
4 Figures:
   - le port-drapeau qui regarde vers le comte.
   - soldat avec fusil.
   - le comte qui est placé plus droit.
   - le figurine qui est plus élaboré.
C'est aussi un étude de composition et de contrast.

AFBEELDING 3

Deux dessins sur un papier.
Dimensions du papier : 22 cm--28 cm.
               du dessin au-dessous : 10,1 cm--11cm.
               au-dessus: 11 cm -- 12 cm.
Dessin avec crayon ou charbon de bois sur papier à dessiner.
Des petits dessins en détails dans le marge à droite. Le dessin au-dessus est placé sur un autre dessin ressemblant afbeelding 1 et 2.

AFBEELDING 4

Projet définitif du timbre.
Dimensions du papier : 16 cm--19,1 cm.
               du dessin : 14,8 cm--16,1 cm.
Dessin avec la plume et la brosse dans l'encre des Indes orientales sur carton.
Dans les marges des petits troux faites par des aiguilles? Ils sont placés complètement arbitraire.
Des petits traces de crayon sont visibles dans toute le dessin, par exemple dans les chiffres.



AFBEELDING 5

Photocopie de ?
Remarquable : à gauche 50 centimen. à droite 50 centimes.

AFBEELDING 6

Carton épais.
Dimensions du papier : 16,5 cm --21 cm.
               du dessin : 11 cm--13,3 cm.
Dessin avec la plume et la brosse.
Découpure en médaillon.
Des petits trous dans les marges et des traits de crayon entre autre dans les chiffres.

AFBEELDING 7

Carton épais.
Dimensions du papier : 16,1 cm--21 cm.
               du dessin : 9,9 cm --12 cm.
La reste est idéntique au afbeelding 6.


Concernant afbeelding 1, 2 et 3 nous nous demandons ci se sont vraiment des dessins faites par Mac Donald; Pourquoi faisait-il des études de composition et de clareté avec même quatre figures, telle qu'il pouvait prendre l'exemple du statue à Berchem.
Voudrait- il user un autre image pour les timbres? Ou sont ces images les dessins-projet de Josué Dupon pour le statue? Qui va répondre à ces questions?

Les Non-dentelés


Apparément, il a été fabriqué depuis l'introduction du timbre perforé de chaque valeur nouveau de timbres, une feuille de 100 ou 50 timbres, non-dentelé, qui a été envoyée vers le ministre de chemins de fer, poste et télégrafie. Ces timbres n'étaient pas destinés à être vendu publiquement, et aucun a été vendu dans les bureau de poste. Ils étaient destinés comme cadeau par le ministre à des personnes officielles, ministers, senateurs, contre un exemplaire par demande.
Mais il apparaît que certains personnes les ont faits cadeau aux collectioneurs qui les ont vendus pour le bénéfice.

Réimpression


En 1929, on faisait une réimpression du 50 c Mérode timbre poste sur une feuille ministérielle, départant d'une coin originale encore existante à ce temps.
La raison de faire ça aurait être une question posée par differentes musées de postes dans le monde, d'avoir une copie de timbres postes Belges afin de remplir leur ollection.

Une feuille ministérielle est une feuille de papier de 150 x 175 mm, muni d'un cachet a seche dans le coin droit en bas ( en vue du spectateur) avec le texte:
Ministère de chemins de fer, marines, postes et télégraphes Ministerie van spoorwegen, zeewezen , posterijen en telegraphie. Ces feuilles ont les numéros de 1 à 18 et sont fabriqués de servir comme cadeau pour le roi , sa famille et ses ministres; Le roi reçoit le numéro 1,et les autres en succession et importance.
Il existe aussi des feuilles sans numéro. A partir des premiers timbres de Belgique on a fait ces feuilles ministériellles ( except pendant les années de guerre 1914-1918 et 1940-1945.)

Les caractéristiques du timbre poste reproduit ici sont les suivantes :
1) Le timbre représenté etait rejetté le dernier moment car l'orthografie du mot 'centiemen' en Néerlandais était incorrect.
2) L'image du group des figures est orienté vers la droite.
3) L'image du timbre est ombré.
.

Examen


Pendant les dizaines d'années que nous nous intéressons surtoût à les timbres de Mérode, c'est remarquable combien de faux timbres sont présenter par des marchands sur des ventes publiques ( même très renommées ). Même les faussures qui sont faciles à reconnaisser ( le q est clos dans BELGIQUE) sont présenter commes des vraies timbres, bien qu'ils sont clairement mentionner dans le catalogue officiel de Belgique. Si on signale aux marchands que ces timbres sont des faussures, c'est remarquable que la plupart commencent à parler du soi-disant " deuxième et troisième impression d'Anvers", ceci pour montrer que ces timbres sont vraiment des vrais exemplaires, donc ils peuvent demander le prix comme pour des vrais. Ci s'agit d'autres timbres Belge dont des faussures sont connus, cecis sont dans la plupart des cas accompagnés par un certificat d'authenticité; en cas des Mérode et petits Alberts, ceci est une exception.

Qu'est ce -qui est la cause de cet attitude?
- Il existe si peu de vraix timbres que les marchands ne les peuvent pas toujours offrir et trouvent difficile de réponder l'offre et la demande.
- Beaucoup de collectionneurs sont content trop vite et veulent seulement remplir les cadres déjà imprimés dans leurs albums, sans rechercher lui-même les vrais timbres.

Pourqoui nous considérons les deux faussures pas omme des vraies timbres et comment obtenons nous les critères pour les vraies timbres ?
1) Seulement les timbres poste imprimés sur les pieres lithografiques authentiques sous surveillance des controlleurs de la poste avec l'intention de servir comme affranchisement , sont des vraies timbres. Ils étaient distribuées parmis les bureaux de poste et user pour l'affranchisement des objets de correspondance . En plus, pour chaque timbre vendu, un supplément était repartit au Croix Rouge.

2) Afin de déterminer les critères d'authenticité de ces timbres, c'est le meilleur qu'on part des objets de correspondance qui ont vraiment servis. Ainsi nous pouvons tenir compte de tous les éléments contrôlables pour déterminer si la lettre est vrais et par conséquent que les timbres sont vrais. Usant les caractéristiques d'authenticitées constatées par Vervisch et ses collaborateurs, nous pouvons juger si une timbre séparée est authentique et nous pouvons aussi constater des nouvelles caractéristiques, par example concernant la gomme, la place du timbre dans la feuille entière. De cette manière on peut constater l'authenticité des vrais timbres sans aucun doute, par exception le 10 petit Albert.

Ci-après suit L'EXAMEN MÉTHODIQUE DU DE MÉRODE TIMBRE.

Timbres et la réproduction de la planche


La réproduction de la planche

Par des différences minimes dans chaque timbre, on peut déterminer l'endroit correct du timbre dans la feuille entier.
Mode d'emploi:
  1)Chercher des différences minimes sur chaque timbre.
2)Cette différence est-elle constante? ça veut dire sont ces différences occasionnelles, ou constamment recurrentes sur un nombre de timbres avec le même différence en même endroit.
3)Déterminer la place dans la feuille en usant un timbre du coin, des parties du feuille.

Application sur la serie de Mérode :
Le 5 c et 20 c ont été imprimés dans deux couleurs, imprimé en deux fois. Dans chacun des deux couleurs, des différences fixes peuvent être trouvés. Les croix rouge du 5 c et 20 c ont été imprimées avec la même pierre lithografique, donc quand on trouve une différence rouge constant sur une timbre du 5 c, cette différence doit aussi se reproduire sur le timbre du 20 c correspondant.

Format


Variétés


Curiosités


Faux timbres


Entre Mars 1915 et Octobre 1916 l'imprimeur Verschueren a fabriqué en des quantités énormes des faux timbres, vraiment faux timbres, car ils ne sont pas produits avec les pierres lithografique originales. Après le début du canonnage d'Anvers le 7 Octobre 1914 les machines d'imprimage ont été arrêtées, les pierres ont été abrasées et le papier restant a été brûlé dans le four d'une boulangerie voisine;Quelques autographes originals et quelques autographes non usés, parce q'ils avaient des manques, sont malheureusement restés dans l'imprimerie. A l'aide de ceci Verschueren a fait de nouveaux pierres lithographiques.
Nous dicernons deux types:
1) Les falsifications avec 'q' fermé dans ''Belgique''.Ceux-ci sont en provenance d'autographe désapprouvé.
2) Les falsifications avec 'q' ouverte dans ''Belgique'' pour lequel des autographes sans fautes sont usés, comme aussi pour les timbres originales.

Le critérium le plus important pour les deux types est le suivant:
les quatres lignes supérieurs du mot "België" se consistent de petits carrées qui sont toujours visible très claires.Le type deux a toujours des lignes pleins.
Ci-dessous nous donnons un extrait du livre: La série croix rouge de 1914 par le groupe d'étude des falsifications ayant comme président Monsieur Roger Vervisch qui donne un sommaire excellent de cette problématique.

CHARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DES TIMBRES VRAIES.

Dentelure: 14 ou non dentelé. Les timbres non-dentelés ont les mêmes caractéristiques que les timbres dentelés.
Papier: granulaire, texture en losange, crème claire (5 et 10 c), rose-claire violet (20 c).
Sous l'influence de la lumière ou de l'eau ce couleur a la tendance à devenir crémeux.
Gomme: mince, peu brillant, avec des petits craquelures qui forment un patron de lignes obliques.
(La gomme des timbres faux est peu craquelée avec des lignes verticales, ou bien craquelée très forte, volumineuse, irrégulièrement écarté ou fort brillante.)

1, Les lettres B et E de BELGIQUE ne se touchent pas.
2. La ligne oblique sur le pied du L de BELGIQUE est courte.
3. Le cédille du Q de BELGIQUE est dessiné très visiblement; La forme du cédille est différente pour chaque des trois valeurs.

12
4.

5.













6.


7.

Les lignes sont dessinés clairement et régulièrement et n'ont pas des interruptions ou des imperfections.
la forme des volutes devant et arrière de BELGIQUE est différente pour les trois valeurs..



Les croix ont des coins rectangulaires et le couleur rouge pâle couvre toute la surface complètement, sans défaut ou interruptions. La croix du 10 c est imprimé dans le même couleur que le reste du timbre.
Les quatre lignes au-dessus du compartiment avec le mot BELGIË se consistent de petits carrés, qui sont toujours visible, même chez les timbres imprimés très lourdes. Les timbres faux ont des lignes pleines.


13

Le 5 centime vrai.

1.



2.
3.
4.
5.

6.

La ligne descendant du chiffre de valeur à gauche est pliée légèrement et plus mince au-dessus mais pas cassé .Après agrandir le chiffre, on vois quelques points dans l'enroulement à droite. Le pied est aussi mince mais pas interrompu.
BELGIQUE dans le milieu du compartiment.
Le lièvre au-dessous le E de Belgique est complètement détaché de ce lettre.
Les lettres E - L et U-E de BELGIQUE se touchent au-dessus et au-dessous.
La seconde E de BELGIQUE est fermée.
Un ligne blanc se trouve entre la face supérieure de ce lettre et la volute avant le chiffre 5.
Les lettres de BELGIQUE se touchent en bas.

14

La falsification facile du 5 centime.

1.
2.
3.
4.
5.
6.

7.
8.

La ligne descendant du chiffre 5 à gauche n'a pas d'amincissement.
BELGIQUE à côté du ligne en haut du compartiment.
Le lièvre au-dessus du première E se BELGIQUE touche ce lettre presque.
La ligne oblique au pied du lettre L de BELGIQUE est trop long.
Q DE BELGIQUE EST UN O.
Le seconde E de BELGIQUE et le volute avant le chiffre 5 ne s'at- tachent pas avec un ligne blanc.
Les lettres de BELGIQUE sont séparés.
Les lignes hachurés au-dessus et à gauche de BELGIQUE ne sont pas bien imprimés .
15

La falsification dangereux du 5 centime.
 

1.

2.
3.
4.
5.

La ligne descendant du chiffre du valeur 5 à gauche a une rupture en haut. Le pied lui aussi est souvent rupturé.
Ligne plus courte ou rupturée dans le volute au-dessus le chiffre 5 à droit.
La ligne courbé est presque disparu dans le petite globe en haut à droite.
Imprimature pas claire, spécialement entre les jambes du figure debout.
Les lignes hachurées au-dessus et à gauche de BELGIQUE ne sont pas très claire formées.
Les autres caractéristiques sont identiques avec ceux des timbres vrais.
16

Le vrai timbre du 10 centime.
 

1.
2.
3.
4.

5.
6.
7.
8.
9.

BELGIQUE tout près la face supérieure du compartiment.
Un lièvre est presque attaché au premier E de BELGIQUE.
Ligne demi-circle dans le volute au-dessus le L de BELGIQUE.
Le partie du lièvre au-dessus les lettres QU de BELGIQUE forme un ligne presque droit.
Le seconde E de BELGIQUE est ouvert.
Ligne demi-circle dans le globe à droite et en haut du chiffre 10.
Deux traits ou deux lignes de points (parfois pas bien visible) dans le 0 du chiffre 10 à droite.
Les lettres de BELGIË se touchent en bas.
Trait blanc au-dessus du seconde E de BELGIË.
17

La falsification facile du 10 centime.
 

1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.

BELGIQUE dans le milieu du compartiment.
Hachûre plus éloigné du premier E de BELGIQUE.
La ligne oblique au pied du lettre E de BELGIQUE est trop long.
LE Q DE BELGIQUE RESSEMBLE UN O.
La volute au-dessus le U de BELGIQUE a un appendice bouclé.
La seconde E de BELGIQUE est fermée.
La volute devant le chiffre 10 à gauche comme chez le 5 centime.
Pas de trait blanc au-dessous le second E de BELGIË.
Les lettres de BELGIQUES sont détachées.
Les lignes hachurées au-dessus et à gauche de BELGIË ne sont pas bien imprimées.
18

La falsification dangereux du 10 centime.
 

1.
2.
3.
4.
5.

6.
7.

Beaucoup d'interruptions dans les nervures.
Ligne absent ou très mal visible dans le volute au-dessous le L de BELGIQUE.
Point absent ou seulement un point dans le 0 du chiffre de valeur 10 à droite.
Ligne absent ou rupturée dans le globe au-dessous à droite.
Les lignes dans les lièvres sont interrompues(sans interruptions chez les timbres vraies).
L'imprimerie entre les jambes du figure debout n'est pas très claire .
Les lignes hachurées au-dessous et à gauche de BELGIË ne sont pas bien imprimées.

Les autres caractéristiques correspondent avec ceux des vrais timbres.
19

Le véritable 20 centime.
 

1.

2.


3.
4.
5.

6.

7.

8.

BELGIQUE tous près la face supérieure du compartiment. Les lettres BEL se trouvent plus près que les autres.
Chiffre de valeur 20 à gauche : petite entaille dans la volute du chiffre 2.
Petite creuse dans le lièvre en face du début du pied du chiffre 2.
Point de couleur dans la partie droite du 0.
Seulement les lettres UE de BELGIQUE se touchent.
Deuzième E de BELGIQUE ouverte.
Petit point de couleur (quelquefois difficilement visible) au milieu du 0 du chiffre 20 à droit.
Le ligne dans la volute à droite du seconde E de BELGIQUE est cassé dans le milieu, mais pas plus que ça.
Le début du pied du chiffre 2 dans le chiffre de valeur 20 à droite, touche la volute ou la touche presque, mais l'extrémité sphérique de cette volute ne touche pas le chiffre.
Les lettres de BELGIË se touchent.
20

La falsification facile du 20 centime,type 1.
 

1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.

BELGIQUE dans le milieu du compartiment.
Le début du pied du chiffre 2 à gauche ne s'enfonce pas dans le lièvre.
E et L de BELGIQUE se touchent.
La ligne oblique au pied du lettre L de BELGIQUE est trop long.
Le Q de BELGIQUE est un O.
Le seconde E de BELGIQUE est fermé.
Volute avant le chiffre de valeur 20 à droite comme chez le 5 centime.
Le 2 dans le chiffre de valeur 20 à droite ne touche pas la volute.
Les lignes de hachures au-dessous et à gauche de BELGIQUE ne sont pas bien imprimés.
21
21

La falsification facile du 20 centime, type 2 et 3.
 
 
Les mêmes caractéristiques que pour la falsification du type 1, mais :


Type 2:
Type 3:
Le chiffre 2 à droite touche l'extrémité sphérique mais pas le base du volute.
Q de BELGIQUE avec cédille.
22

La falsification dangereux du 20 centime.
 

1.


2.
3.

4.


5.

Pas de point de couleur dans le 0 et pas d'entaille dans le 2 du chiffre de valeur 20 à gauche.
Les lièvres ne sont pas bien imprimés.
Pas de point de couleur dans le 0 du chiffre de valeur à droite.
Le ligne dans le volute à droite du second E de BELGIQUE est coupé en trois , plus courte ou a disparu.
Les lignes de hachures à gauche et au-dessous de BELGIË pas bien imprimés.

Les autres caractéristiques sont les mêmes
23

Type de l'oblitération et tarifications


TYPE DE CACHET
L'ordre de service n° 22 de 19/10/1910 et en riguer à partir de 1/11/1910 introduit les cachets bilingues.
Caractéristiques:
  - bloc de date sur 4 lignes avec:
'l'heure en deux chiffres de 0 jusq'au 24
'le jour dans des chiffres Arabes
'le mois dans des chiffres Romains
'le nombre annuel dans 4 chiffres

Pour les bureaux dont le nom du bureau a pu être traduit, la traduction à été répétée en bas dans la couronne. La priorité linguistique a été laquelle de la partie du pays où la commune s'est trouvée. Pour les bureaux dont le nom n'a pu être traduit, l'espace ouvert en bas du couronne est remplis d'un nombre de points; grands bureaux 7 points en bas, les petits bureaux 13 points. Quand dans une même commune plusieurs bureaux se trouvent, la différence n'est pas faite par ajouter le nom du commune, la rue, le quartier, les endroits où ces bureaux se trouvent, mais maintenant avec un numéro d'ordre. Les numéro's d'ordre qui ont aussi discernés les bureuax différents de la même commune, se trouvent dans le cachet à la gauche et à la droite du nom de bureaux. Ceux-ci ont changés selon l'heure et l'employé et ont servis comme contrôle.
Dans une commune où les deux langues sont utilisées et dans certains villes pour lesquelles tradionnel une traduction existe, les bureaux de postes seront munis avec des cachets à date et du nom bilingues. Un cachet à date de 28 mm est venue pour les nouveaux bureaux. Les bureaux de postes existantes ont conservés le cachet de date de 23 mm avec le nom du commune inchangé, mais ont du modifier leur bloc de date.
Laffranchisement des timbres non-utilisés pour des lettres était interdit.ça c'est la raison pour laquelle une partie du cachet manque sur des cachets, ainsi on ne peut pas identifiér l'employé responsable.
Les cachets d'arivés etaient les même que les cachets de dépârt.Tous les bureaux de poste de Belgique disposent de deux cachets à date au moins, car si un cachet était abimé, on pourait travailler avec l'autre.Chaque cachet a été découpé séparément par la main et même l' éminceur des cachets le plus douée n'a pu couper au même endroit et identiquement. A cause de cela les différences minimes qui indiquent des variantes dans les cachets vont surgés.
Tarifs postaux

La série de timbres-poste Mérode pourait être usée seulement pour la poste intérieure dans la Belgique.Pourtant les timbres se trouvent fréquemment sur les courriers pour l'étranger.Ici ils sont employés comme un 'vignet' pour soutenir la Croix Rouge et attribuer à la lutte Belge dans la guerre. Dans le traffic postal intérieur un affranchissement correct avec les Mérode timbres est une vraiement rareté, ici on trouve aussi plutôt des affranchissements exagérées.

Tarif pour la Belgique même ( à partir de 1/07/1909):
5c:
   carte postale
   
10c:
   lettre pour la Belgique même de 0 à 20 grammes
 
20c:
   tarif double pour la Belgique même de 20 à 40 grammes
 

Recommandé:
25c:
   "Recommandé" : 25 centimes droit fixe au-dessus du tarif normal.
 

Tarif pour des lettres à l'extérieur ( à partir de 1/10/1907
25c:
   lettre de 0 à 20 grammes. Chaque 20 grammes supplémentaire: plus 15 centimes.
 

Tarif de préférence:
   à Luxembourg 10 centimes (jusqu'a 20 grammes)
   au Pays Bas 20 centimes (jusqu'a 20 grammes)

Tarif de frontière: pour des courriers entre deux bureaux de poste qui se trouvent moins de 30 km l'un à l'autre : La France,L' Allemagne, Le Pays Bas: 10 centimes (jusqu'a 20 grammes).

Le bureau de poste à Le Havre a été considéré comme territoire Belge et des courriers livrés à cet bureau et affranchis avec des timbres-poste Belge, ont été considérés comme poste de l'intérieur.Tous les bâtiments de l'administration Belge à Le Havre ont été considérés comme appartenant au territoire Belge et avaient été soumis aux tarifs Belge intérieurs.


Vrai cachets- Anvers


-ANVERS

L'utilisation des marques de courier dans la ville d'Anvers se situe entre 3/10/1914 et 10/10/1914, c'est à dire entre l'émission du série de Mérode et la reddition de la ville.

Liste des bureaux:
  Anvers 1: Place Verte; perception première classe; caractères: a-f, a-l, v-v, b-b, s-s, w-w.
Anvers 2: Bassins; perception troisième classe; caractères: a-a.
Anvers 3: Dam.
Anvers 4: Kiel; sous-perception première classe; 4 sans caractères.
Anvers 5: Palais; caractères: a-a,c-c.
Anvers 6: Station Central; perception première classe; caracterères: 6 sans caractères, b-b, d-d, e-e, l-l, q-q, j-j, p-p.
Anvers 7: Avenue de L'industrie; perception deuxième classe; caractères: 7 sans caractères, a-a, b-b, c-c, d-d,e-e.
Anvers 8: Place St.Jean; perception deuxième classe; caractères: d-d,h-h.
Anvers 9: Dageraadplaats; perception troisième classe; caractères: b-b.
Anvers 10: Rue de Jezus; caractères: a-a, b-b, d-d, e-e, f-f, g-g, h-h, j-j.
Anvers 11: Charlottelei perception quatorzième classe.

 
   
Le cachet 1 A-L

Cachets d'Anvers sur le série de Merode peuvent prévenir entre le 3/10/1914 et le 10/10/1914, c'est-à-dire entre le premier jour d'émission et l'occupation de la ville.
Quelques cachets et centres à date sembles être volées et user plus tard pour oblitérer des timbres, aussi des vrais comme des faux.
Ci-dessous on va donner une inventarisation du nombre des cachets dans notre collection, avec quelques remarques.
En plus on va faire attention au cachet 1 A-L, la fausure qui prévient le plus souvent.

1) Le date qu'on trouve le plus souvent sur les timbres est celui du 7/10/1914 , le jour du commencement du bombardement sur Anvers.
Ci-dessus on donne une énumération selon bureaux et date, sans le cachet 1 A-L
  1 B-B
7 12-13 X
1914
2
 
    E-E
9-10 4 X
1914
2
 
      11-12  7 X
1914
1
 
    S-S 9-10 6 X
1914
1
 
    V-V 9-10 7 X
1914
18
 
    V-W 9-10 7 X
1914
1
 
    W-W 2-3 7 X
1914
1
 
      8-9 7 X
1914
6
 
      7 X 2-3
1914
5
 
      18-19 7 X
1914
4
 
      18-19 8 X
1914
10
 
             
  2 A-F 6-7 7 X
1914
4
 
      7-8 7 X
1914
3
 
      20-11 7 X
1914
5
 
    A-A 16-17 6 X
1914
1
 
             
  5 A-A 11-12 7 X
1914
3
 
    C-C 5-6 7 X
1914
6
 
             
  6 B-B 9-10 7 X
1914
3
 
    D-D 9-10 7 X
1914
1
 
    L-L 19-20 7 X
1914
1
 
    P-P 6 X
1914
3
 
    Q-Q 6 X 
1914
2
 
      7 X 8-9
1914
1
 
           

  7 B-B 14-15 5 X
1914
2
 
      17-18 6 X
1914
1
 
      8-9 7 X
1914
3
 
    C-C 7-8 7 X
1914
22
 
      15-16 5 X 1914 1  
    D-D 10-11 7 X
1914
1
 
             
  8 B-B 16-17 7 X
1914
2
 
    D-D 10-11 5 X
1914
3
 
    H-H 15-16 7 X
1914
27
 
      17-18 7 X
1914
1
 
 
SYNTHÈSE:

  sur 179 cachets le date
    4 x 1914    se présente 2 fois
    5 x 1914    se présente 6 fois
    6 x 1914    se présente 7 fois
    7 x 1914 se présente 154 fois
    8 x 1914   se présente 10 fois
  donc le date 7x1914 se présente 154 fois sur 179 , donc sur 86 %.

2) Le cachet 1 A-L
  a) sur des vrais Mérodes:
      9-10 7 X
1914
24
 
      12-13 7 X
1914
6
 
      12-13 9 X
1914
4
 
      7-8 7 X
1914
1
 
  b) sur des faux avec le Q fermé:
      11-12 X 7
1914

 
        sur 5 c 4 fois ( 2 fois avec le centre à date retourné )
sur 10 c 5 fois ( 2 fois avec le centre à date retourné )
sur 2 0 c 2 fois
      9-10 7 X
1914

 
        sur 10 c 1 fois
sur 20 c 1 fois
  c) sur des faux avec le Q ouvert:
      9-10 7 X
1914

 
        sur 5 c 3 fois
sur 10 c 3 fois
      11-12 7 X
1914

 
        sur 5 c 1 fois

Notre conclusion est que les cachets 9-10 et 11-12 7 X 1914 sont toujours suspects, aussi sur les timbres vrais.
Seulement les cachets 12-13 9 X 1914 et 7-8 7 X 1914 sont à nos avis toujours vrais.

Vrai - CACHETS DANS LE RESTE DE BELGIQUE PENDANT LE RETRAIT DE L'ARMÉE.


-CACHETS DANS LE RESTE DE BELGIQUE PENDANT LE RETRAIT DE L'ARMÉE.
Dans nos collections:
  GENT 1: A-A, C-C, L-L.
GENT 3: J-J, F-f, G-G.
GENT 5: sans caractères
GENT 6: B-B.
GENT ( cachet télégraphe) : C-C.
CAPRYCKE: 12-10-1914.
INGELMUNSTER: 8-10-1914
MELLE: 5-10-1914
EECLOO C-C : 5-10-1914.
KORTRIJK 1 A-A: 11-10-1914.
ST. MICHIELS: 8-10-1914.
COUCKELAERE: 8-10-1914
BRUGGE 1 D-D: 3-10-1914
BRUGGE 3 E-E : 14-10-1914.
HEYST-AAN-ZEE C-C: 14-10-1914
KNOCKE: 14-10-1914.
OOSTENDE 1 G-G: 7-10-1914.
OOSTENDE 1 H-H: 9-10-1914, 12-10-1914, 6-10-1914.
BLANKENBERGHE : 5-10-1914, 14-10-1914, 7-10-1914.
GERAARDSBERGEN C-C: 5-10-1914, 6-10-1914.
KNOCKE 9-10 6X1914
LEDEBERGH 9-10 12X1914

Les Cachets Militaires



- LES CACHETS MILITAIRES
  Les numéros 1 à 6: attachés aux divisions avec le même numéro.
Le numéro 7: attaché au division cavalérie
Le numéro 8: attaché au commendement central à Houthem.
À partir de Février 1916 les numéros sont détachés des divisions, pour raisons de sécuritées, et s'apparait aussi un cachet sans numéro.

 








Recommandé vers Londres.
Timbres poste nr 126,127, 128 et 145.
Cachet : Postes militaires Belgique België legerposterij 8.
Nr 126,127 et 128 comme vignet, nr 145 comme affranchissement.
Affranchissement normal 25 c ( lettre recommandé, franchise postal pour soldats) donc affranchissement fort exagéré.

DEVANT DU LETTRE.
1) CROIX BLEU : C'est l'indication Anglais pour un 'recommandé' et pourvient du temps qu'il n'existe pas un bande de recommandation. Nous trouvons aussi le couleur de ce croix sur les bandes de recommandations Anglais, en contraste avec les autres pays où les bandes etaient imprimés en rouge.
 2) R GATA : vignet de recommandation, au-dessus ' recommandé' écrit par la main.
  G : Groupement
A : Administratif
T : (des) Troupes
A : (de l') Armées
 3) SM : Service Militaire. Cette abréviation devrait être appliquer sur tous les objects de correspondance en franchise postale. Cette franchise de port était introduit à partir du 7 Aout 1914 . Sur les pièces reommandés ce sm était le plus souvent omis (des exceptions affirment le règle).
 4) ADRESSE :
  Henri Just
10 Powlette place
Chalk farm London
England N W

ARRIÈRE - COTÉ DU LETTRE.
 1) CACHET OVALE REGISTERED AU 16 LONDON. Cachet ovale seulement usé pour des objets de correspondance recommandés, traduit en haut comme 'registered' . En bas dans le cachet se trouve ' LONDON ' et au centre se trouve le date de transition : ? Août 1916.
 2) COIN DROITE EN BAS # D 28/30 REG FPO. Le signe # a dans les pays Anglo-saxon la signification du 'numéro' . Reg= registered (recommandé) ; FPO = Field Post Office.( Bureau de poste ambulante) . Ce lettte est donc passé par le bureau de poste ambulante Anglais où il est enregistré sous le numéro D 28/30.
 3) ENVOI DE P. MAECK B 183 24' CIE A. B. Le code b 183 est le même du code c 58, donc: premier groupement du corps des travailleurs auxilliaires du génie. À partir de 1915, chaque partie de l'armée n'est pas appelée par son nom, mais reçoit un numéro, à cause de sûreté. Ce code change chaque année.
   A = 1915
   B = 1916
   C = 1917
   Z = 1918
Le soldat P. Maeck faisait partie du 24' compagnie de ce fragment de l'armée Belge.
Nous remercions monsieur Arille Tassin pour son aide.







Vrai cachets - Territoire non-envahie


-TERRITOIRE NON-ENVAHIE.
24 Bureaux de poste restent en fonction pendant une période longue ou courte.Ce sont: Adinkerke, Alveringhem, Bizet, Coxyde 1, Elverdinghe, Veurne, Houthem(Veurne), Kemmel, Panne, Leysele, Loo, Nieuwkerke, Oost-Duinkerke, Oostvleteren, Ploegsteert, Pollinckhove, Poperinghe, Proven, Reningelst, Rousbrugge-Haringhe, Vlamertinghe, Watou, Wulveringhem, Yper.

 
   
 

Vrai cachets - Le Havre




-LE HAVRE
A 10/10/1914 le gouvernement Belge demande l'autorisation à la France de s'établier à Le Havre, pour laquelle l'autorisation a été donné par le président Poincaré au ministre Belge le baron Guillaume.Le gouvernement Belge atteint Le Havre par la mer après avoir ambarqué le 13/10/1914 sur un ferry-boat de l'état, le 'Pieter de Coninck'.
Monsiuer Dufayel, propriétaire du grand magasins Dufayel Paris, a été le promoteur de Nice Havrais qui a voulu concurrer avec les villes de bain Deauville et Trauville.Dufayel a aussi été un chef d'entreprise sociaz. Au place Fréderic Sauvage, le terminus de la liaison de tramway entre Saint-Adresse et Le Havre, il a faire construire un grand bâtiment d'appartements pour ses employés Parisiens, qui y peuvent prendre quelques jours de vacances à la mer .Ce complexe compris des villas, des hotels et le bâtiment Dufayel.Les ministres et leur famille ont résidés dans ce "hotellerie du Nice-Havrais" ou l'hotel Dufayel, place Fréderic Sauvage nr 4 , avec au rez-de chaussé un bureau de poste Belge, qui commence à travailler à partir de 14/10/1915.Avant ce temps le bureau de poste se trouve dans le bureua de poste auxilliaire de Nice-Havrais à côté du bureau de poste Français, avenu de Régates.

-PREMIER TYPE DE CACHET:
Un cachet usé de Le Havre, obtenu du bureau de poste central de Le Havre, avec le couronne brisé au-dessous de E de LE, qui n'est pas tout droit, mais incliné. L'heure de levée est indiquée sur la premier ligne, munie par un étoile avec six branches. Ce cachet a été utilisé de 18/10/1914 jusqu'au 22/10/1914 inclusivement, et renvoyé après vers le bureau central.



-DEUXIÈME TYPE DE CACHET
Le deuxième type de cachet a été fabriqué spécialement pour le bureau de poste Belge.Le cachet a été usé jusqu'au 14/10/1915 inclusivement.
TROIS MODÈLES:
  1) L'heure de levée est placée à coté d'une étoile avec six branches placées sur deux points. Un point(.) entre SEINE et INFre.
Les distances entre les mots qui forment le texte sont peu important.
La section est 27 mm=cachet Français.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 

2)L'heure de levée sans une étoile à côté.
Un point (.) entre SEINE et INFre
Les distances entre les mots qui forment le texte sont peux importants.

 
 
 
 
 

3) L'heure de levée est une étoile.
Un trait de liaison(-) entre SEINE et INFre
re de INFre est plus grand que chez 1) et 2)
Les distances entre les mots qui forment le texte sont plus grands.


Pourqoui ces différences? 1) et 2) pouvaient être usés par deux équipes d' employés ; Cachet 3) peut être d'un date plus tard.
Ces cachets peuvent avoir des anomalies différentes: sans trait de liaison entre jour et étoille, sans mois.Le trait de liaison entre mois et jour est brisé.

-TROISIÈME TYPE DE CACHET
À partir de 15/10/1915 le cachet "SAINTE-ADRESSE/POSTE BELGE/BELGISCHE POST est usé jus'quo 22/11/1918 inclusivement.
Ce cachet se forme en trois lignes:

  - L'heure de levée
- La date
- L'année
On peut trouver deux types:
  1) L'heure de levée sans étoile
Mois en chiffres Romaines, séparé du jour par un point.
Une ligne tracée par le B de Belgique coupe le D d'Adesse.


2)Une étoile avec six branches, placée sur deux points, juxtant l'heure de levée.
Mois en chiffres Arabiques, séparée du jour par un ligne
Un ligne tracée par le B de Belgique coupe le R d'Adresse.


- LE CACHET DE SOUVENIR
Probablement en 1/1915 un cachet similaire que celui-ci de Le Havre Seine Infériuere a été usé, mais sans l'interruption et avec l'antidate 18/10/1914.Ceci a été faite pour rappeler à l'ouverture du bureaux poste Belge à cette date. Le gouvernement Belge avait en fait demandé le cachet original, avec l'interruption dans la couronne, au postes Francais, mais avais reçu un autre.
Ce cachet ne mentionne pas l'heure de levée, qui est remplacée par un étoile avec six branches, placée sur un point.


   
     

Bar-le-Duc


 

-Bar-le-Duc

Enclave Belge, entouré par territoire Néerlandais et par cela inaccessible pour les Allemands, parce que Les Pays-Bas etaient neutrales.

Cachet: 2 Types
  1) Le bas du mot BAARLE a été déformé. Les deux lettres A n'ont pas le bas du jambe gauche; Le L est presque devenu I; Le E est devenu F.
Le nombre anuel est déplacé vers la gauche.

2)Les lettres de BAARLE sont biens formés.
Le nombre anuel se trouve jusq'au-dessous.
 
   

 

Littérature


De Bast Jean : Le gouvernement et l'armée Belges au Havre durant la guerre 1914-1918
De Keyser Pierre en Van Damme Theo : De invoering van de tweetalige stempels FISTO-STUDIE nr 21 sept 1989
Denut E. :Belgische postbureaus in Frankrijk 1914-1918
Denut E. Stempels van onbezet België 1914-1918 WEFIS-STUDIE nr 17 october-december 1977
De Postzegel blz 77-84, 1970 (blz.129-131),1971 ( blz. 35-37),1971(blz. 91-92), 1971 (blz. 147-148 )
Gelli en Tani : Catalogue illustré de Timbres-Poste et Télégraphe de Belgique et du Congo-Belge 1921
Gailly Louis :Les faux de Belgique
Grubben Willy : Catalogue illustré des essais des timbres de Belgique et Congo-Belge 1933
Hubinont Raoul :La guerre 1914-1918 et la philatélie Belge
La Belgique judiciaire blz 433-436
Le code pénal interprété blz 350-355, blz 518-542
Ministère des affaires économiques, inspection de l'industrie, Monographies industrielles : la lithographie,la gravure et leurs industries connexes 1920
Nationale kataloog Postzegels van België en Europa gespecialiseerd
Postmuseum Grote Zavel 40 1000 Brussel : fotocopiën van alle daar beschikbare documenten i.v.m. Rode kruis reeksen 1914
Silverberg René : La poste Belge durant la guerre de 1914-1918
Slagmeulder Maurice-G. : Les Timbres Belges Faux et Truqués
Soebert R. Revue du collectionneur-Spécialiste nr 1 01/1949 blz 1-3,blz 44-45,blz 144-145,blz 181-183,blz 206-207.
Stibbe Jacques : Dictionnaire des bureaux de poste de Belgique 1830-1914
Toulieff S. :World Wars periodique trimestriel nr 43, 44, 46
Tolli M. Monographie des Faux et Falsifications De Belgique 1938
Van Der Mullen M. : De post te Antwerpen tijdens de Duitse bezetting 1914-1918 k.v.b.p. studiekring sept-okt 1997
Van De Veire Hugo : De datumstempel type 1910 WEFIS-STUDIE nr 20 okt-dec 1978
Van Riet Willy : België 1914 Het Beleg Van Antwerpen
Vervisch R. en R. Van Rompaey : De vervalsingen van de Rode Kruiszegels van 1914

S. Toulieff


Le travail de Monsieur S.Toulieff, Place Matteotti nr 6, 4630 Soumagne, concernant le série de Mérode est très détaillé et fait preuve d'une connaissance profonde de ces timbres. Ses remarques concernant les types différentes, ses descriptions des épreuves sont uniques.
C'est pour cette raison que nous sommes très fiers et reconnaissants que nous avons obtenu l'autorisation de ce philatéliste excellent de publier son travail sur notre site.
Les extraits suivants sont prélevés du " périodique trimestriel World Wars 1914-1918 1939-1945 groupe d'études philatéliques des deux guerres mondiale ". Pour le moment,seulement le texte Français est disponibles , mais nous espérons de faire des traductions en Néerlandais et Anglais.
Quelques remarques pratiques:

Document format pdf (11Mb)

  - Dans le coin à droite en haut se trouvent les lettres WW suivies par un numéro, faisant référence aux périodiques originaux. Ci-dessous se trouve une pagination nouvelle pour faire une synoptique très claire.
  - La subdivision suivante se réfère aux sujets différentes, avec l'intention de faciliter la recherche.

Introduction p. 1-4

  Série Monument de Mérode.
  Qui était de Mérode?
  Quelques remarques importantes.
    1. série destinée pour la service intérieur.
2. série émise au profit de la Croix-Rouge.
3. le roi Albert 1.
4. Mac Donald et Verschueren pas des artistes de premier plans.
 
Le 5 centimes authentique de Mérode p. 5-41.

  Les caractéristiques d'authenticités p.5-21
  Le point dans le costume du comte de Mérode type 1 + 2 p. 22-26
  La hauteur p.27-35
  Les variétés p.36-41

Le 10 centimes authentique de Mérode p 42-82

  Les variétés p.44-48
  Reproduction de la planche p.49-63
  Type 1 et type 2 p.64-70
  Le point de couleur en marge gauche p.71-73
  La hauteur des timbres p.74-76
  Le point dans la partie gauche centrale du u de Belgique p.77-79
  Point de couleur contre la ligne de cadre inférieure p.80-82

Le 50 c de Mérode non émis p.84-122

  Introduction p.84
  La genèse du 50 centimes de Mérode non émis p.85-122
  Les épreuves du premier coin p.85
La genèse du cadre p.86-110
    …preuves du 2ème coin gravé non adopté p.86-93
Le 3ème coin gravé en creux p.94
…preuves clandestines faites en 7/1914 du 2ème coin gravé non adopté p.96-100
…preuve du 3ème coin gravé, adopté dans un premier temps, puis refusé au dernier moment p.101-110
  La genèse du monument p.111-122
    Stade 1 monument non achevé p.111-115
2ème stade p.116
3ème stade p.117
      1ère modification p.118
2ème modification p.119
3ème modification p. 120
    Esquisse de la dentelure + retouches des 2 grandes volutes p.121
Réimpression de 1929 en noir p.122
       
Les variétés du 20 c panneau 1 de Mérode authentique p.123-138
  Variétés p.123-136
    La variété collective 'appendice' p.137
La variété collective 'points dans la lettre Q du mot Belgique' p.138


Document format pdf (11Mb)

Piet Van San




De Vos Rudy - Verzameling


STANDBEELD DE MERODE,

UITGIFTE 1914 - BELGIE

PLAN.

                        Blad     Titel
01 Titel - Plan. 02 Genesis. 03 - 05 Algemene echtheidskenmerken van de zegels. 06 Poststuk. 07 Maakwerk. 08 - 09 Kenmerken van de echte 5 centiem zegels. 10 - 11 De plaatfouten op de 5 centiem zegels - paneel 1. 12 - 13 De plaatfouten op de 5 centiem zegels - paneel 2. 14 - 15 De plaatfouten op de 5 centiem zegels - paneel 3. 16 De officieel erkende plaatfouten (vari-teiten) op de 5 centiem zegels. 17 Kenmerken van de gevaarlijke vervalsing - 5 centiem zegels. 18 Kenmerken van de grove vervalsing - 5 centiem zegels. 19 - 24 Voorbeelden van vervalsingen van de 5 centiem zegels. 25 - 26 Poststuk. 27 - 29 Afstempelingen op de 5 centiem zegels. 30 - 31 Kenmerken van de echte 10 centiem zegels. 32 - 33 De plaatfouten op de 10 centiem zegels - paneel 1. 34 - 35 De plaatfouten op de 10 centiem zegels - paneel 2. 36 - 37 De plaatfouten op de 10 centiem zegels - paneel 3. 38 De plaatfout -kleurpunt in de linkerrand- op de 10 centiem zegels. 39 De plaatfout -kleurpunt in de letter U- op de 10 centiem zegels. 40 De plaatfout -kleurpunt aan de onderste kaderlijn- op de 10 centiem zegels. 41 De officieel erkende plaatfouten (vari-teiten) op de 10 centiem zegels 42 Kenmerken van de gevaarlijke vervalsing - 10 centiem zegels. 43 Kenmerken van de grove vervalsing - 10 centiem zegels. 44 - 48 Voorbeelden van vervalsingen van de 10 centiem zegels. 49 - 51 Afstempelingen op de 10 centiem zegels. 52 Kenmerken van de echte 20 centiem zegels. 53 - 54 De plaatfouten op de 20 centiem zegels. 55 Kenmerken van de gevaarlijke vervalsing - 20 centiem zegels. 56 Kenmerken van de grove vervalsing - 20 centiem zegels - type1. 57 Kenmerken van de grove vervalsing - 20 centiem zegels - type2 58 - 62 Voorbeelden van de grove vervalsing van de 20 centiem zegels. 63 - 64 Afstempelingen op de 20 centiem zegels.


Z.M. KONING ALBERT I,

UITGIFTE 1914 - BELGIE

PLAN.

                          Blad     Titel
01 Titel - Plan. 02 Genesis. 03 - 05 Algemene echtheidskenmerken van de zegels. 06 Poststuk. 07 Maakwerk. 08 - 09 Kenmerken van de echte 5 centiem zegels. 10 - 11 De plaatfouten op de 5 centiem zegels - paneel 1. 12 - 13 De plaatfouten op de 5 centiem zegels - paneel 2. 14 - 15 De plaatfouten op de 5 centiem zegels - paneel 3. 16 De officieel erkende plaatfouten (vari-teiten) op de 5 centiem zegels. 17 Kenmerken van de gevaarlijke vervalsing - 5 centiem zegels. 18 Kenmerken van de grove vervalsing - 5 centiem zegels. 19 - 24 Voorbeelden van vervalsingen van de 5 centiem zegels. 25 - 26 Poststuk. 27 - 29 Afstempelingen op de 5 centiem zegels. 30 - 31 Kenmerken van de echte 10 centiem zegels. 32 - 33 De plaatfouten op de 10 centiem zegels - paneel 1. 34 - 35 De plaatfouten op de 10 centiem zegels - paneel 2. 36 - 37 De plaatfouten op de 10 centiem zegels - paneel 3. 38 De plaatfout -kleurpunt in de linkerrand- op de 10 centiem zegels. 39 De plaatfout -kleurpunt in de letter U- op de 10 centiem zegels. 40 De plaatfout -kleurpunt aan de onderste kaderlijn- op de 10 centiem zegels. 41 De officieel erkende plaatfouten (vari-teiten) op de 10 centiem zegels 42 Kenmerken van de gevaarlijke vervalsing - 10 centiem zegels. 43 Kenmerken van de grove vervalsing - 10 centiem zegels. 44 - 48 Voorbeelden van vervalsingen van de 10 centiem zegels. 49 - 51 Afstempelingen op de 10 centiem zegels. 52 Kenmerken van de echte 20 centiem zegels. 53 - 54 De plaatfouten op de 20 centiem zegels. 55 Kenmerken van de gevaarlijke vervalsing - 20 centiem zegels. 56 Kenmerken van de grove vervalsing - 20 centiem zegels - type1. 57 Kenmerken van de grove vervalsing - 20 centiem zegels - type2 58 - 62 Voorbeelden van de grove vervalsing van de 20 centiem zegels. 63 - 64 Afstempelingen op de 20 centiem zegels.

De Vos Rudy - Article concernant nr 130


                              
SYNTHESE
Le timbre croix rouge nr 130 à des falsifications faciles et difficiles. Les falsifications les plus dangereuses ont le même dessin que les vraies timbres. Pour reconnaître les vraies timbres, on peut user : 1) La gomme : chez les vraies timbres elle est mince, sans éclat, glissante mais chez les faux timbres elle est brillante. 2) Les variétés qu'on rencontre seulement chez les timbres vraies, pour controller des feuilles entières. Dans l'étude de Vervisch on prend la distance entre les lignes du cadre comme référence: - falsification dangereux nr 1 : - type 1 : 22 mm - type 2 : 22,2 mm timbres vraies : type 1 : 22,4 mm type 2 : 22,6 mm - falsification dangereux nr 2 : - type 1 : 22,4 mm - type 2 : 22,4 mm MAIS quand on fait des analyses computérisées des vraies timbres on trouve une grande difference entres les hauteurs de ces timbres, c'est-à-dire entre 22,3 et 22,8 mm pour les deux types. Donc ce n'est pas possible d'user le hauteur comme une argument conclusive pour déterminer l'authenticité.