REMARQUES GÉNÉRALES
  type: statue de Mérode
projet:Mac Donald
lithografie: J.Verschueren Anvers
Dentelure: 14 ou non-dentelé
LITHOGRAFIE

Le lithografie ''écrire sur pierre'' est développé et usé par la première fois par Alouis Senefelder dans l'année 1798.
C'est une procédé d'imprimerie plane, ca veut dire que les parties de l'image qui sont imprimer et celles qui ne sont pas imprimer se trouve sur la même surface de la pierre.Ce procédé donne une très grande précision d'imprimage, et c'est le précurseur de l'offset.
La pierre usée est une calcaire semi-perméable, qui apprend facilement l'eau et qu'on trouve en Italie,Autriche. Les pierres bleu-gris sont les plus durs et le mieux apte pour faire des lignes fines. Les pierres doivent être égale à deux côtés, assez épaises (six à dix cm), et les côtés doivent toujours être quatre cm en plus que le dessin qui doit être imprimé. Une nouvelle pierre ou une pierre déja usée peut être polie pour la préparée aux travaille par exemple par frotter deux pierres l'un à l'autre, ou le polir avec un lime. Pour l'usage de l'encre lithografique la pierre doit être très glissant.Appliquer l'image se passe comme si: le principe est basé sur le fait que l'eau et la graisse se repousse.Une partie graisse d'une surface n'absorbe pas l'eau, et une partie humide n'absorbe pas la graisse.Les parties de la pierre qui donne l'image sont graisseux. Le gras peut être appliqué avec l'encre, de la craie, papier autographique.Après le dessinage de la pierre,on pouvait faire immédiatement des imprintes, mais quand on fait ça, le dessin est très vite abîmé. C'est pourquoi la pierre doit être préparée. Ainsi les parties gras du pierre reste très claires et répellent l'eau aussi mieux. D'autres parts les parties non-graisseux absorbent mieux l'eau. En première le dessin est prôtégé par appliquer de la poude de résine.En deuxième la pierre est préparée pour que la pierre absorbe mieux de la graisse. Celui-ci on fait avec du gomme Arabique, acide nitrique et de l'eau. Ainsi on fabrique une couche insoluble sur la pierre, grâce à laquelle la pierre est protectée contre tous les substances graisse, donc les parts qui ne doivent pas donner l'imprimerie, restent sans encre. En troisième le dessin est fortifié en séchant le gomme Arabique et puis par laver l'encre avec du pétrole ou terpentin.A cause de cette manipulation le dessin peut disparaître ou se montrer seulement comme une forme brune éteinte. La graisse du dessin a complètement disparu dans la pierre. Après encrer la pierre, le dessin reparaît.

IMPRIMATION EN PLUSIEURS COULEURS

On emploie la même nombre de pierres ainsi que le nombre des couleurs, avec des pierres qui ont la même mesure.Une aiguille forte et assez longue (six cm) est appliquer avec une pièce de bois .Hors de l'image sur la pierre, on monte des croix d'orientation, qui servent d'aligner les couleurs pendant l'imprimerie.
Le méthode est le suivant: avant d'imprimer la couleur suivant, on fait un petit trous (avec l'aiguille) dans la pierre où se trouve le croix d'orientation. La seconde pierre est encrée avec la couleur voulu. Puis on prend l'épreuve dans la première couleur (qui doit être bien sèche) et on fait un trous dans les croix d'orientation. Puis on perce les aiguuilles par les croix au derrière des feuilles imprimés et on place les aiguilles dans les trous du seconde pierre avec la nouvelle couleur, et on l'imprime.

AUTOGRAFIE

On peut transférer l'image d'un imprimé sur une pierre afin de l'imprimer comme lithografie. En principe on peut user tous les formes de'imprimerie de lesquels on peut fabriquer un réfleque avec de l'encre graisse sur papier autografique.
Le papier autographique est préparé à une côté tellement quel n'apprend pas de graisse donc l'image qui y est appliqué ne peut pas être absorbé par le papier.
Si un petit image doit être répliquer plusieurs fois sur une pierre lithografique, par exemple des timbres postes, on peut répéter ce petit image plusieurs fois afin d'accélérer la fabrication en faisant un grand tirage.
Le méthode de mettre un image en taille-douce sur la pierre est le suivant: on imprime la gravure plusieurs fois, puis on coupe les images et les colles côte à côte. Puis on fait un copie avec le papier autografique de tous les images ensemble.

L'IMPRESSION MACHINALE

L'entrainement fait fonctioner la table en marbre avec la pierre dans le milieu, et en front la table d'encre et en dernier la table avec l'eau. Sur la même niveau se trouvent la réservoir de l'encre, la machine pour encrer, les rouleaux avec l'encre, le réservoir d'eau et les rouleaux pour l'eau. La pierre est mis sur la même niveau que la table d'encre et la table d'eau avec des vis.
Puis la pierre est encrée et après humectée, le papier est tiré au dessus de la pierre par un cilindre avec des protubérances,et le papier est imprimé.

LE TIRAGE.

Quand la machine fonctione bien, on peut imprimer entre 300 et 500 feuilles à l'heure, environ 1 chaque 7 secondes.

TIRAGE

On ne sait pas combien de timbres ont été fabriquer, les renseignements à ce sujet sont disparu pendant le guerre.C'est pourqoi nous donnent quelques chiffres avec leur source.
Tirage prévue:
5c:
600.000
 
10c:
600.000
 
20c:
75.000
 
Catalogue officiel de Belgique.Donnait hière les chiffres suivants; probablement il s'agit ici des nombres vendues à Anvers. Maintenant il mentionne les même tirages que les chiffres donnés par La Croix Rouge.
5c:
23.214
   
10c:
14.650
 
20c:
8.663
 
Estimation de Soubert:
5c:
24.000
 
10c:
30.000
 
20c:
12.000
 
Croix Rouge; probablement ce sont les nombres produites, pas les nombres vendus:
5c:
150.000
   
10c:
150.000
 
20c:
50.000
 
Notre collection:
5c:
1305
 
10c:
2065
 
20c:
536
 

DENTELURE:

La dentelure à peigne est le plus usée et est faite par un machine en forme d'un peigne avec un côté longue et plusieurs côtés courtes, qui sont implantés rectangulaire sur le côté longue. Les feuilles qui doivent être dentelées sont fixées dans la machine en usant les croix dans les marges comme points de controles.
Trois côtés du timbre sont perforés en une fois, par exemple au- dessus et au -dessous du timbre et les deux cotés, ou un côté plus au-dessus et au-dessous. Le coupe suivant du peigne perfore les trois côtés des timbres du série suivante plus le côté non-dentelé du série de timbres précédent. En faire ça les coins sont perfect. Parfois il y a un marge entre deux coups du peigne, et ça peut donner un''dent épais'' qui indique la direction de frappe du machine à peigner.Quand on regarde un feuille complet, on vois toujours les dentelures des peignes courtes dans le marge du feuille.

PAPIER :

Le papier doit être apte au procédé d'imprimerie, le lithografie. Ce papier doit être particulier doux, la colle ne peut pas être trop forte, mais assez forte pour prévenir le déchirer des petits particles du papier pendant l'imprimer.
Important est aussi la rigidité du papier, l'expansion et la contraction doit être minimale sous pression.
Le papier fabriqué à la main est le meilleur.Quand il est humecté, il va s'expander égal dans tous les directions.

INSCRIPTIONS ET SIGNES DANS LA MARGE

DEPOT-CACHET
Dépot 1914 encadré. Cette cachet était usé comme preuve que la feuille était approuvée et stockée en dépôt. Ce cachet ne se trouve pas toujours sur la même place, et peut prévenir le droit dans le coin à droit en haut, le droit dan le coin au bas,retourné dans le coin gauche et retourné dans le coin droit au bas.

LES CROIX D'ORIÉNTATION

Ceci sont des petits croix qui ont été placés dans les marges des feuilles et font le suivre comme points d'oriéntation pour la perforation.
Feuilles de 5c:
   couleur: vert
   
Feuilles de 10c:
   couleur: rouge
 
Feuilles de 20c:
   couleur: violet
 
Chez le 10 et le 20 c le paneau gauche a des croix dans le marge du feuille à gauche, au-dessus et au-dessous; Le paneau au milieu a des croix dans le marge au-dessus et au-dessous; Le paneau droit a des croix au-dessus , au-dessous et dans le marge droit.
Le 5 c a seulement des croix au-dessus et au-dessous chez tous les trois panneaux.

LES 'TRAITS'

Ceci sont des petits points ronds, positionnés dans le marge des feuilles, qui ont été perforés entièrement ou seulement touchés, placés au verso vers l'image, causés par un cilindre avec protubérances qui tire le papîer dans la machine d'imprimer.

FEUILLE entière

Ici nous faisons un tentative de reconstruire les dimensions du feuille complet en usand un article par Soebert.

d'Abord quelques remarques ; Il est possible qu'il y a des déviations dans le largeur du feuille pour trois raisons :
1) Avant l'imprimerie le papier est découpé d'un feuille (rouleau ?) plus grand, procedure qui peut donner des déviations.
2) Durant l'importation du papier dans le machine à imprimer une déviation peut se produire.
3) Les feuilles imprimées sont placées l'une sur l'autre et coupées ensemble, procedure qui peut donner des déviations car les feuilles en bas peuvent être déplacer.

Dans "Le revue du collectionneur-spécialiste" page 206-207 nous trouvons l'image ci-dessous:

Il s'agit ici d'un feuille appelé " restant d'imprimerir", un feuille déjà imprimé avec les timbres "petit Albert" qu'on a usé un seconde fois chez le mise en train de la presse.
Apparément cette machine avait besoin de quelques passages avant de produire des timbres parfait, pour lesquelles ont usait des feuilles déjà imprimés (et rejetées ?) afin d'économiser du papier.
Il s'agit ici d'une partie du panneau deux et du panneau trois du timbre 5 c de Mérode, avec un interpanneau de 3,6 cm.
Nous donnons maintenant quelques mesures, faites sur les feuilles complets dans notre possession.

-5 c panneau 1
Marge à gauche: 14 mm trois fois, 13 mm deux fois.
Marge à droite: 14 mm trois fois, 13 mm deux fois.
Largeut total du feuille: 16,2 cm cinq fois, avec un largeur des timbres de 13,4 cm chaque fois.
-5 c panneau 2
Marge à gauche: 14 mm cinq fois, 13 mm une fois, 11 mm une fois.
Marge à droite: 14 mm quatre fois, 13 mm trois fois, 11 mm une fois.
Largeur total du feuille: 16,2 cm sept fois, 16,6 cm une fois avec un largeur des timbres de 13,4 cm chaque fois.
-5 c panneau 3
Marge à gauche: 12 mm une fois, 13 mm deux fois, 14 mm cinq fois, 15 mm une fois.
Marge à droite: 13 mm sept fois, 14 mm une fois, 15 mm une fois, 19 mm une fois, 21 mm une fois.
Largeur total du feuille:16,1 cm trois fois, 16,2 cm six fois, 16,6 cm deux fois, avec un largeur des timbres de 13,4 cm chaque fois.

Pour calculer le largeur total du feuille nous partons d'une largeur maximale du marge gauche du panneau 1 de 1,4 cm, une largeur des timbres de trois fois 13,4 cm, une interpanneau de deux fois 3,6 cm et un largeur maximale du marge droite du panneau trois de 2,1 cm, on arrive au calcule suivant : 1,4+13,4+3,6+13,4+3,6+13,4+2,1=50,90 cm.

Ci-dessous se trouvent les mesures et le même calcule pour le timbre de 10 c.
Remarquables sont les différences entre les feuilles, apparément les panneaux différents Ne sont pas coupés égale.
-10 c panneau 1
Marge à gauche : 13 mm deux fois, 16 mm cinq fois, 17 mm une fois.
Marge à droite : 12 mm une fois, 13 mm cinq fois, 14 mm une fois, 15 mm une fois.
Largeur totale : 15,9 cm une fois, 16,3 cm cinq fois, 16,4 cm une fois, 16,5 cm une fois.
Largeur totale des timbres chaque fois 13,4 cm.
-10 c panneau 2
Marge à gauche : 14 mm quatre fois, 15 mm sept fois.
Marge à droite : 11 mm trois fois, 14 mm sept fois, 16 mm une fois.
Largeur totale : 16,3 cm dix fois, 16,4 mm une fois.
Largeur totale des timbres chaque fois 13,4 cm.
-10 c panneau 3
Marge à gauche : 14 mm une fois, 15 mm une fois, 16 mm une fois.
Marge à droite : 13 mm six fois, 14 mm une fois, 15 mm une fois.
Largeur totale du feuille : 16,3 cm sept fois, 16,4 cm une fois.
Largeur totale des timbres 13,4 cm.

Pour calculer le largeur totale du feuille nous partons d'une largeur maximale du marge à gauche du panneau un de 1,7 mm, une largeur des timbres de trois fois 13,4 cm, un interpanneau de deux fois 3,6 cm et un largeur maximale du marge à droite du panneau trois de 1,5 cm,
On arrive au calcule suivant : 1,7+13,4+3,6+13,4+3,6+13,4+1,5=50,60 cm.

Pour être complet, nous donnons les mesures des panneaux complet du 20 c en notre possession :
-20 c panneau 2
Marge à gauche 15 mm.
Marge à droite 15 mm.
Largeur totale du feuille : 16,4 mm
Largeur totale des timbres 13,4 cm.
-20 c panneau 3 :
Marge à gauche : 15 mm.
Marge à droite : 15 mm.
Largeur totale du feuille : 16,4 cm.
Largeur totale des timbres : 13,4 cm.

Nous optenons le résultat suivant : Le marge à gauche du panneau un 1,5 cm, deux fois l'interpanneau de 3,6 cm, trois fois le largeur des timbres de 13,4 cm, le marge à droite du panneau trois de 1,5 cm : 1,5+13,4+3,6+13,4+3,6+13,4+1,5= 50,40 cm.

Ci-dessous nous montrons une autre partie du ' reste d'imprimerie ' avec un placement Différent du Mérode 20 c par rapport le 5 c Albert.
Apparemment les timbres étaient produit en différentes fois,d'abord seulement une partie de timbres de Mérode et Petits Albert, pour faire une provision suffisante pour le premier jour d' émission de 3/10/1914.
Une autre partie est imprimée plus tard pour accomplir le tirage prévu, car l'imprimerie était encore en train quand le bombardement d'Anvers commence le 7/10/1914.