Pendant les dizaines d'années que nous nous intéressons surtoût à les timbres de Mérode, c'est remarquable combien de faux timbres sont présenter par des marchands sur des ventes publiques ( même très renommées ). Même les faussures qui sont faciles à reconnaisser ( le q est clos dans BELGIQUE) sont présenter commes des vraies timbres, bien qu'ils sont clairement mentionner dans le catalogue officiel de Belgique. Si on signale aux marchands que ces timbres sont des faussures, c'est remarquable que la plupart commencent à parler du soi-disant " deuxième et troisième impression d'Anvers", ceci pour montrer que ces timbres sont vraiment des vrais exemplaires, donc ils peuvent demander le prix comme pour des vrais. Ci s'agit d'autres timbres Belge dont des faussures sont connus, cecis sont dans la plupart des cas accompagnés par un certificat d'authenticité; en cas des Mérode et petits Alberts, ceci est une exception.

Qu'est ce -qui est la cause de cet attitude?
- Il existe si peu de vraix timbres que les marchands ne les peuvent pas toujours offrir et trouvent difficile de réponder l'offre et la demande.
- Beaucoup de collectionneurs sont content trop vite et veulent seulement remplir les cadres déjà imprimés dans leurs albums, sans rechercher lui-même les vrais timbres.

Pourqoui nous considérons les deux faussures pas omme des vraies timbres et comment obtenons nous les critères pour les vraies timbres ?
1) Seulement les timbres poste imprimés sur les pieres lithografiques authentiques sous surveillance des controlleurs de la poste avec l'intention de servir comme affranchisement , sont des vraies timbres. Ils étaient distribuées parmis les bureaux de poste et user pour l'affranchisement des objets de correspondance . En plus, pour chaque timbre vendu, un supplément était repartit au Croix Rouge.

2) Afin de déterminer les critères d'authenticité de ces timbres, c'est le meilleur qu'on part des objets de correspondance qui ont vraiment servis. Ainsi nous pouvons tenir compte de tous les éléments contrôlables pour déterminer si la lettre est vrais et par conséquent que les timbres sont vrais. Usant les caractéristiques d'authenticitées constatées par Vervisch et ses collaborateurs, nous pouvons juger si une timbre séparée est authentique et nous pouvons aussi constater des nouvelles caractéristiques, par example concernant la gomme, la place du timbre dans la feuille entière. De cette manière on peut constater l'authenticité des vrais timbres sans aucun doute, par exception le 10 petit Albert.

Ci-après suit L'EXAMEN MÉTHODIQUE DU DE MÉRODE TIMBRE.

5c

10c

20c